Intervention sur le quotient familial au Conseil Municipal du 28 juin 2017

livret-educationMonsieur le Maire, cher.e.s collègues, mesdames et messieurs

Nous (Laurent Abrahams, Riva Gherchanoc, Franck Boissier, Capucine Larzillière) tenons tout d’abord à saluer le travail entamé sur le chantier du quotient familial. En effet, l’ancien mode de calcul et la complexité des démarches décourageaient nombres de famille du calcul de leur quotient familiale et nombre d’enfants de ses mêmes familles  de cantine.

Ainsi nous nous réjouissons du fait que la fréquentation des cantines de nos écoles ait augmenté et que la répartition des tarifs appliqués se soit quelque peu rapprochée de la sociologie de notre cité. De nombreuses familles modestes ont vu le tarif de la cantine considérablement baissé et c’est une très bonne chose.  Dans le contexte budgétaire que l’on connait, cette baisse pour les plus modestes a été compensée par des augmentations pour d’autres familles dont certaines loin d’être très aisées ont fait valoir leur mécontentement quant à cette augmentation brutale et auraient préféré plus de progressivité dans les augmentations.

Lire la suite Intervention sur le quotient familial au Conseil Municipal du 28 juin 2017

Intervention des élu-e-s insoumis-es au Conseil Municipal de Montreuil du 28 juin 2017

fiMonsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les élu-e-s, Mesdames, Messieurs

Je fais cette intervention au nom des élu-e-s de la majorité qui se reconnaissent dans la France insoumise : Laurent Abrahams, Franck Boissier, Riva Gherchanoc et moi-même (Capucine Larzillière).

Elu-e-s d’Ensemble ! et du Parti de gauche, au sein de la majorité municipale, nous participons depuis 2014 au groupe front-de-gauche et apparenté-e-s. Tout au long de ces trois années, nous y avons œuvré avec conviction.

Nous arrivons au terme d’une longue séquence électorale nous avons d’abord soutenu la campagne des Présidentielles du candidat Jean-Luc Mélenchon, puis celle de la France Insoumise pour les législatives. A l’issue de cette séquence, le champ politique apparaît profondément bouleversé. Nous avons vu en effet les citoyens exprimer, de diverses manières, leur volonté de tourner la page d’un système politique usé et discrédité. Ainsi le parti socialiste et les Républicains, partis autour desquels la vie politique de la Vème république s’était structurée, ont été très largement sanctionnés. Dans le même temps, l’abstention record, que nous devons avoir en tête en permanence dans chacun de nos choix a été une autre façon pour les électeurs et les électrices d’exprimer leur défiance tant vis-à-vis des institutions que de leur représentation. Enfin, il nous apparaît au terme de cette séquence que le Front de Gauche, s’est révélé incapable de porter au niveau requis, les aspirations sociales, écologiques et démocratiques qui étaient à l’origine de cette alliance.

Lire la suite Intervention des élu-e-s insoumis-es au Conseil Municipal de Montreuil du 28 juin 2017

« Périmètre et siège de l’établissement public Est-Ensemble », pourquoi nous n’avons pas pris part au vote

Lors du conseil municipal du mercredi 30 septembre, nous n’avons pas souhaité participer au vote de la délibération relative à « l’avis du conseil municipal sur le projet de décret en Conseil d’Etat fixant le périmètre et le siège de l’établissement public Est-Ensemble ». Voici pourquoi : Nous partageons l’analyse de la loi Notre (Nouvelle organisation territoriale de la République) qu’a développée Jean Charles Nègre.


Cette loi, qui met en place la métropole du Grand Paris, les élus-e-s du Front de gauche s’y opposent. Non pas que la solidarité régionale ne soit pas un enjeu : enjeu de justice sociale et écologique entre des territoires aux niveaux de richesse très inégaux, enjeu de lutte contre le mal logement, contre le mal transport et bien d’autres. Mais, la mise en place de la métropole du Grand Paris, loin de répondre à ces enjeux, constitue un recul démocratique, une recentralisation des décisions qui les éloignent des citoyens, et une accentuation de la compétition des territoires. Ainsi, dans le domaine des transports, la priorité est donnée non pas à résorber les fractures géographiques dans les mobilités, mais à la connexion des aéroports internationaux et des technopôles.

Cette réorganisation territoriale aurait nécessité un grand débat démocratique. Au lieu de cela, tous les conseils municipaux au travers de délibération comme celle qui nous occupe, reçoivent de l’État une injonction à donner un avis consultatif sur un décret délimitant le périmètre et le siège des établissements publics territoriaux qui ne sont plus une association volontaire des communes mais deviennent une obligation légale imposée par l’État.

Cette délibération sous couvert de définir le périmètre et le siège de l’Établissement public territorial, constitue le premier acte de la mise en place de cette loi. C’est pourquoi, compte tenu à la fois de l’orientation libérale qui sous tend le projet de métropole mais aussi de la manière autoritaire dont l’État la met en place, avec plusieurs élu-e-s du groupe Front de gauche, membre d’Ensemble! et du Parti de Gauche, nous ne prendrons pas part au vote sur cette délibération.

Laurent Abrahams, Franck Boissier, Riva Gherchanoc, Capucine Larzillière.