8 mars, le pari réussi des femmes à Montreuil!

Samedi #4mars

Les festivités du programme de cette année ont débuté en salle des fêtes avec les 20 ans de l’association des Femmes Maliennes de Montreuil: l’émotion au rendez-vous et la présidente Fatoumata qui a introduit le samedi-après-midi en nous parlant de dignité et d’égalité pour toutes les femmes du monde entier!

20ansafmm

Mardi #7mars

Une soirée conférence en collaboration avec le CCEFR (Centre Civique d’Etude du Fait Religieux) sur le thème de « Laïcité et égalité femmes-hommes: enjeux actuels ».

En collaboration avec Alain Léger le président du centre, cette conférence fut animée par Chahla Chafiq, sociologue et écrivaine iranienne, réfugiée en France.
Elle a publié plusieurs livres, plus particulèrement Islam politique, sexe et genre à la lumière de l’expérience iranienne qui fut l’objet de sa thèse et qui a reçu le prix Le Monde de la recherche universitaire en 2011. Elle a fondé l’insitut des relations interculturelles et a été nommée récemment au Haut Conseil à l’Egalité Femmes/Hommes.
« La laïcité se décline au féminin »… ce sont par ces mots que Jean Paul Scot, historien, introduisait l’invitée de cette soirée.

Mercredi #8mars

Nous avons déjeuné à la Source du Bel Air avec des représentantes de Femmes Solidaires, de la Maison des Femmes, des Femmes Maliennes, l’association Tata, des Babayagas, de la Régie de quartier du Bel Air et plusieurs femmes des quartiers. Au cours de ce repas, nous avons discuté de la (ré)appropriation des lieux publics que sont les cafés et les restaurants. Que ce soit dans les quartiers ou dans le centre-ville ou encore la rue de Paris. A partir des témoignages, des expériences, du ressenti, nous avons collectivement acté le fait de nous retrouver toutes ensemble une fois par trimestre dans un café ou un restaurant et prendre ce moment pour discuter de nos droits en tant que femmes, de philosophie et de tout ce qui nous plaira. Je remercie Fatou, jeune femme dynamique d’avoir animé à mes côtés ce moment.
La sororité ça s’apprend, ça se construit, il ne suffit pas de la clamer!

 

déj

Et hop direction le café la Pêche avec le service intégration qui a orgénisé cette journée sous le thème et les couleurs des Femmes brésiliennes. Une délégation était présente, accompagnée du consul lui même! L’après-midi a réuni plus d’une centaine de femmes des ateliers socio-linguistiques au cours de laquelle les jeunes accompagnés par le centre Bel Air ont contribué à l’animation. Nos quartiers ont du talent! Plusieurs jeunes filles ont pris le micro et ont chanté des chansons choisies pour ce 8 mars! Big up!

cafelapeche

 

Samedi #11mars

Retour en images d’une belle après-midi où j’ai accueilli 200 femmes des quartiers (et quelques hommes) sous la tente berbère.
Le débat sur le statut autonome des femmes migrantes va se poursuivre, des responsables d’association ayant pris contact avec femmes solidaires, je suis contente. Elles ont aimé être reçues dans ce bel endroit.
Merci à la Maison des Femmes, aux Femmes de la Boissiere, à LEA, à Tata, Yvette, Rachida, Samia, à Mimouna d’Afrika93 venue de la Courneuve avec plusieurs femmes, et Femmes Solidaires dont Soad la responsable laïcité au niveau national et les antennes de La Courneuve et Montreuil.
Il faut tisser les liens entre les femmes de la Seine-Saint-Denis pour mieux se battre et se faire entendre.
Solidarité ici et solidarité avec les femmes du monde entier!

IMG_2974

 

défilé

 

Dimanche #12mars

Les Babas taggeuses prennent place!

Une action décalée dite « art de rue » pour interpeller sur la palce des personnes vieillissantes dans la ville.

babas

 

Vendredi #17mars

A la régie de quartier du Bel-Air, l’après-midi fut dense! Expos photos, citations, costumes, goûter et l’égalité salariale a prédominé le débat sur la question des inégalités aujourd’hui entre les femmes et les hommes. Ceci s’est poursuivie autour de la campagne de Femmes Solidaires « Et si j’étais présidente », l’occasion pour les citoyennes de faire entendre leur voix dans cette élection présidentielle de 2017. Chacun, chacune a écrit la 1ère mesure qu’elle prendrait pour les droits des femmes si elle était élue présidente… Pour ma part, j’ai écrit que je créerai un service public de la petite enfance, comme il existe le service public élémentaire (écoles maternelles et élémentaires) parce qu’il est fondamental que les femmes ne soient pas freinées dans leur parcours professionnel, que ce soit pour une formation, une recherche d’emploi ou la reprise de celui-ci. Tout comme la prise en charge des enfants dès leur plus jeune âge est un gage d’égalité et de justice sociale.

Riva Gherchanoc

 

Pour pousser plus loin la réflexion sur l’Egalité,

je vous invite à lire les propositions et le programme de la France insoumise