François Hamon la dernière synthèse du PS

Les votant.e.s à la primaires du PS ont donc utilisé bulletin Hamon pour clore le chapitre désastreux que Manuel Valls et Francois Hollande avaient rédigé durant ce quinquennat écoeurant. Commençons par les remercier. Bon débarras!

visuel-campagneCette défaite cinglante du président et du premier de ses ministres illustrent bien le rejet des choix sociaux libéraux qu’ils ont incarné. En parallèle, cette gifle, après celle prise par l’ancien président Nicolas Sarkozy, prouve la justesse du slogan qui accompagnait la caravane de la France Insoumise, de quartier en quartier, cet été: Je vote, ils dégagent.

Mais comme prévu, le vent révolutionnaire que notre mouvement porte ne s’imposera pas facilement car, ceux et celles qui profitent de cette oligarchie et qui auraient tant à perdre à l’instauration d’une  assemblée constituante , ne se laisseront pas faire sans combattre.

Ainsi, rien d’étonnant à voir la caste médiatique nous présenter l’ancien ministre de ce gouvernement, alors même que 98 % de ses votes étaient conformes à ceux décidés par François Hollande et Manuel Valls comme un nouveau produit. Passé l’attrait de la pseudo nouveauté, dont on sait qu’elle lasse vite, le candidat officiel du PS va  maintenant devoir faire la synthèse des programmes de son parti, comme son maitre dans cet exercice, le toujours président François Hollande.

Que pourra donné un programme qui doit concilier la fin de l’aéroport de notre dame des landes et « la nécessité débuter les travaux rapidement». J’ai hate, également, de lire les propositions de Benoit Hamon capables de tourner le dos à toutes les mesures d’austérité,  qu’il a soutenues et votées ces dernières années et qui sont toujours défendues par 90% des candidats PS pour les législatives et 70 % des 65 000 votants au dernier congrès de son parti.3740657_vlcsnap-2014-04-04-11h20m26s25

 Les  élu.e.s et autres permanents du PS tentent  de nous décrire leur nouveau champion comme une alternative à…à quoi d’ailleurs? Aux politiques de droite qu’ils et elles ont menées? Cette tentative pathétique résonne comme un triste aveu d’échec! Plus certainement, une grande partie des cadres du PS ira rejoindre un Emmanuelle Macron plus conforme à leur politique.

Que ceux et celles, qui doivent leur pain quotidien aux résultats électoraux du PS, tentent de nous repeindre en rose leur candidat  c’est bien normal. Par contre, il est plus étonnant, quoi que, de voir des camarades qui ont lutté à nos côtés contre le traité budgétaire européen, le CICE, le pacte de responsabilité, les lois Macron, une réforme des rythmes scolaires non financées, la réforme territoriale,  la loi travail, sans parler de la tentative avortée de déchéance de nationalité etc, nous teinter  de rouge ce même Hamon. D’autres, pourtant militant.e.s ecologistes de longue date, défendant, comme nous, la sortie du nucléaire et la concrétisation du scénario Negawatt voit en Benoit Hamon un vert bon teint,  bien que ses propositions, pour la primaire, se limitent en ce qui concerne le nucléaire à la promesse de Hollande de baisser à 50% la part du nucléaire. Cette promesse pourrait être honorée sans fermetures de centrales hormis Fessenheim.

Les uns et les autres oublient bien vite que les moins de 2 millions votant.e.s à la primaire,  ne sont pas representatif.ve.s des plus de 44 millions qui auront à se prononcer dans trois mois. Avec Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise le choix a été fait, depuis une année, de s’adresser directement à tous ces électeurs et électrices pour les convaincres qu’ils et elles pouvaient changer les règles d’un système qui les tient éloigné du pouvoir. Ce choix, fait de chaque meeting un événement populaire, chaque video sur la plate forme YouTube, un outil pour aller convaincre son voisin ou sa cousine. Alors que le grand nombre, est choqué par  ceux et celles qui détournent des sommes incroyables à leur profit, que les cuisines d’appareil semblent servir à masquer ces turpitudes, il est surtout temps de garder le cap.

poisson-rouge1Certain.e.s reprocheront à cette note de s’attaquer à un candidat qui, au final, a fait campagne en s’appuyant sur plusieurs points de notre programme l’Avenir en Commun, signe que la bataille pour l’hégémonie culturelle a avancé. Mais la reprise de ces points ne doit pas nous rendre amnésique. François Hollande avait utilisé une tactique similaire en improvisant sa taxe, éphémère, à 75% ou en trompant ses électeurs et électrices avec son fameux discours du Bourget et son «mon ennemie c’est la finance» . On sait ce qu’il est advenu de cet ennemie puisqu’il il a gouverné avec lui pendant cinq ans et plonger plus de monde dans la précarité, le chômage et la pauvreté.

Pour ma part,  comme beaucoup de ceux et celles avec qui je discute, autour de moi, dans mon travail ou dans les quartiers populaires, la décision irrévocable a été prise de ne plus jamais mettre un bulletin PS dans l’urne. Et si mes adversaires restent, plus que jamais  l’extrême droite et la droite (même quand elle se dit ni gauche ni de gauche), le bulletin PS ne sera plus jamais une arme utile contre eux.

Laurent Abrahams