Vu de la Convention de la France Insoumise

Ces 15 et 16 octobre la France Insoumise organise sa première convention qui va être une nouvelle étape dans une démarche qui tâtonne, innove, depuis le lancement de la campagne de celui qui portera notre Avenir en Commun : Jean-Luc Mélenchon.

Ainsi, le programme : L’avenir en Commun basé sur l’humain d’abord a été actualisé, enrichi par des milliers de contributions. Les sujets qui sont revenus fréquemment ont donné lieu  à des auditions programmatiques (liens vers les auditions) durant lesquelles des universitaires, des syndicalistes, des citoyen.ne.s engagé.e.s ont permis à ceux et celles qui autour de Charlotte Girard et Jacques Généreux de produire un document qui a été voté par près de 80 000 insoumis.e.s.

Convention, constituante des mots qui ne sont pas sans évoquer la Révolution Française, puisque les conventionnels de 1792 donnèrent naissance  à la première république.

Alors, pour participer à cette convention j’ai utilisé l’occasion qui m’était proposé et le sort me permet d’ être à Lille parmi 650 autres insoumis.e.s tiré.e.s au sort, et les 350 syndicalistes, militant.e.s, lanceurs et lanceuses d’alerte pour dégager les mesures  emblématiques qui porteront la campagne de la France Insoumise.

Tiré au sort, pour une convention, sans doute une bonne répétition dans le but de trouver un moyen, dans une 6ème République, de redonner aux citoyen.ne.s un outils pour se  réapproprier le cœur des institutions. En effet, le tirage au sort permet sans doute dans un certain nombres de cas de passer par dessus les nombreux filtres qui empêche de militer, de proposer, de se présenter à une élection.

Alors que la convention n’a pas encore débuté, autour de moi, déjà,  on débat, on discute, on met en mots ses idées soit par écrit soit en vidéo dans les cabines réservées à cet effet. Une chose est certaine au milieu de ces insoumis.e.s on mesure le chemin parcouru et ceux qui restent  à tracer.

Laurent Abrahams