Loi El Khomri : Nous ne voulons pas de ce modèle de société rétrograde !

FdG2Déclaration des élu-e-s Front de Gauche et apparenté-e-s au conseil municipal de Montreuil

La mobilisation ne cesse de grandir à Montreuil et dans tout le pays contre le projet de loi gouvernemental « El Khomri ». En guise de réforme, ce texte ne vise qu’un détricotage des droits protecteurs des salarié-e-s, inscrits dans le code du travail :

fractionnement des 11H de repos obligatoires par jour, des apprentis mineurs soumis à des horaires de travail d’adultes, autorisation d’un plan social dans une entreprise sans difficulté économique, et par un simple accord d’entreprise, diminution des salaires, augmentation de la durée du travail, division par 5 de la majoration pour heure supplémentaire et licenciement d’un salarié refusant une modification de son contrat de travail …

Ce texte contient un amoncellement d’attaques contre la santé des travailleurs, une juste rémunération ou le droit à indemnisation du préjudice subi par les salarié-e-s victimes de licenciements abusifs. Et chacune de ces mesures pèsera plus lourdement encore sur les femmes, car ce sont elles les plus touchées par le temps partiel subi, la discrimination salariale et la précarité.

En guise de modernité, ce projet de loi nous renvoie à l’époque « des temps modernes » de Charlie Chaplin !

Il nous replonge dans une situation révolue depuis les accords de Matignon en 1936, celle d’un patronat omnipotent, au point qu’aucune loi ne fixait de durée hebdomadaire de travail, ou n’obligeait à donner des congés payés… Le projet de loi El Khomri célèbre d’une bien triste façon les 80 ans du Front populaire !

Les élu-e-s Front de gauche et apparentés s’opposent à cette réforme, à ce projet de société rétrograde, qui vouerait les salarié-e-s, les privé-e-s d’emplois et, au premier rang, la jeunesse de notre pays à la précarité.

 Nous saluons la mobilisation des plus de 3 500 Montreuilloises et Montreuillois d’ores et déjà signataires de la pétition « Loi El Khomri, non merci ».

 A leur côté, les élu-e-s Front de gauche et apparentés de Montreuil participeront aux rassemblements organisés à Paris, ce mercredi 9 mars, par les organisations de jeunesse et les syndicats, pour demander le retrait de ce projet de loi.