Intervention de Laurent Abrahams au Conseil municipal du 30 septembre 2015 sur la collecte des déchets

IMG_20140405_115457Monsieur le maire, chers collègue, Mesdames Messieurs,

Le règlement de collecte des déchets que l’on vous propose d’adopter outre l’intérêt primordial de prendre en compte les évolutions techniques, réglementaires et environnementales doit également servir d’appui aussi bien aux actions de communications et d’informations quant aux bons gestes en matière de tri et de réduction des déchets, qu’aux actions de verbalisation de ceux et celles qui continuent à salir nos espaces publics que cela soit par incivisme ou de manière crapuleuse.

Ce règlement donne donc les éléments d’informations pour la collecte de tous les types de déchets ménagers.

En préalable, à quelques semaines de la COP 21dans notre département et de la tenue en particulier  à Montreuil du rassemblement de la coalition pour le climat, je crois qu’il faut rappeler que,  comme inscrit dans ce règlement, l’objectif de toute politiques en matière de déchet devrait être la diminution drastique pour aller vers la disparition des déchets sans quoi notre planète finirait par ressembler à une décharge et connaîtrait une augmentations exponentielles des tensions liées aux matières premières et à la raréfaction des ressources naturelles.

Je crois qu’il n’est pas inutile de rappeler que même avec des incinérateurs de dernière génération il reste des déchets résiduels qui sont extrêmement polluants et ne sont donc pas une solution écologiquement soutenable à long terme en matière de déchet.

L’adoption de ce nouveau règlement en lieu et place de l’ancien qui datait de 1987 est une étape supplémentaire dans l’accès au droit à un environnement de qualité qui est une des priorité énoncée clairement au début de cette année.

La première étape a vu La CAEE accéder à l’attente de nombreux foyers montreuillois avec une collecte à échéance régulière des encombrants et une clarification des rôles des services de la ville et de l’agglomération concernant le traitement des tas sauvages et des corbeilles de rue.

Cette première étape a connu des difficultés dans sa mise en œuvre notamment dans la collecte des tas sauvages surtout durant la fin de la période estivale.

Si tout n’est pas réglé, on peut tout de même dire que  grâce à l’implication quotidienne des agents de la ville pour assurer la remontée des informations les services de l’agglomération ont pu surmonter à ce jour la plupart des difficultés qu’ils avaient rencontrés et qui avait causé des désagréments à de nombreux habitantes et habitants de notre commune.

Avec cette nouvelle étape, que nous vous proposons de franchir, et l’adoption de ce règlement la ville se dote d’un outil plus efficace pour communiquer auprès du plus grand nombres les bons gestes mais aussi de verbaliser avec des procédures plus efficaces.

Les services de la propreté mais aussi ceux de la tranquillité publique se sont d’ailleurs rapprocher de Madame la procureur de la république pour étudier les procédures les plus sures juridiquement  et ainsi faire que, dans le contexte budgétaire contraint par l’austérité imposée par les politiques gouvernementales, les moyens importants aussi bien financiers qu’humains, que la ville met en œuvre, soient les plus efficaces possibles.

Ce règlement annonce donc, la prochaine étape qui visera, à enrôler le plus grand nombre dans ce défi lancé pour des espaces publics dont chacune et chacun puisse se sentir fière de partager. De bon grès et de manière enthousiaste  comme c’est déjà le cas pour ceux et celles qui participent activement à la vie de la cité et font remonter via SESAM les problèmes ponctuels ou récurrents, ceux et celles qui lors des arpentages ou des rencontres sur le terrain font part de leurs propositions ou bien grâce à ce règlement et la mise en place d’une brigade spécialement dédié par la sanction pour ceux et celles qui croient pouvoir continuer à salir la ville.

Bien que la propreté urbaine soit un sujet ou les progrès sont quotidiennement remis en cause par le mauvais comportement de quelques uns, je voudrai remercier les services qui ne relâchent pas leurs efforts et sont chaque jours au plus près, sur le terrain avec ceux  et celles qui partagent comme nous cette volonté d’avoir des espaces  publics ou il fait bon vivre et exercer sa citoyenneté.

Je vous remercie.

Laurent Abrahams