Position des élu-e-s du Parti de Gauche Montreuil sur le compteur Linky

POSITION DES ELU-E-S DU PARTI DE GAUCHE MONTREUIL
SUR LE COMPTEUR LINKY DISCUTE
AU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 JUILLET 2016

Hier soir en conseil municipal a été discuté brièvement la question de l’installation des compteurs LINKY sur notre territoire, prévue à compter de 2017.

Le 8 avril dernier le conseil municipal de Bagnolet à l’initiative du groupe Front de Gauche adoptait un vœu à ce propos, comme un peu plus de 200 communes en France.

La ville de Montreuil a été interpellée par plusieurs habitant-e-s au cours de ces derniers mois, inquiets des conséquences de l’installation de ces compteurs dits « intelligents ».  Inquiétudes quant aux conséquences sur la santé, inquiétudes quant à la gestion des données personnelles. Et enfin interrogations sur qui va payer la facture d’un tel déploiement pour le remplacement de 35 millions de compteurs, soit un coût global estimé à 5 milliards d’euros.

Il s’agit certes d’un projet national mené par ERDF, mais la ville y a un rôle décisionnel. Il ne suffit pas de se dégager de cette responsabilité sous prétexte qu’en Île-de-France, pour ce qui nous concerne, les communes ont concédé la distribution de l’électricité au SIPPEREC (syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour les énergies et les réseaux de communication). Les particuliers en habitat individuel ou collectif ont la possibilité de refuser l’installation de ce compteur, bien qu’ils s’exposent au risque d’une surfacturation en attendant le passage de la relève des compteurs physiques. La municipalité non seulement reste propriétaire des compteurs et elle a aussi la responsabilité des compteurs de son bailleur, l’OPHM.

Pour répondre aux questions légitimes portant sur :

– la transition énergétique (maîtrise et précarité énergétique),
– la préservation des données personnelles ou l’intention de vendre les données de consommation électriques,
– la dangerosité pour la santé des habitants (personnes électro-sensibles, vulnérables et enfants, rayonnements nocifs classés par l’OMS comme « cancérigènes possibles »),
– la marchandisation des énergies, qu’il s’agisse du secteur de l’électricité ou du gaz, ou encore l’eau potable et l’assainissement,

Ainsi nous avons favorablement soutenu la déclaration présentée par la majorité municipale et votée à l’unanimité du conseil, tout comme le vœu présenté par quelques élu-e-s de l’opposition même si nous avions quelques réticences sur son contenu mais nous ne souhaitions pas aborder les questions techniques.

Nous serons attentifs et vigilants aux réponses qui seront apportées à la ville par les différentes institutions sollicitées.

A la question « pour ou contre l’installation des compteurs Linky », nous ne voulons pas y répondre en ces termes. Ce que nous demandons, c’est un débat public qui permette aux citoyennes et citoyens de se réapproprier les enjeux environnementaux, technologiques, sanitaires et sociaux sur les énergies et l’eau qui sont nos biens-communs.

Laurent ABRAHAMS, maire-adjoint à la propreté et la voirie
Franck BOISSIER, conseiller délégué à la promotion des services publics et au dialogue social
Riva GHERCHANOC, maire-adjointe à la santé, à l’égalité femmes/hommes, à la lutte contre les violences faites aux femmes et à la lutte contre les discriminations

.

Voir : La déclaration de la majorité municipale (LINKY)