Conseil municipal du 13 décembre 2017 – Pour le groupe FI intervention de Riva Gherchanoc sur le Plan Local d’Urbanisme

 

Monsieur le Maire,

Mesdames, messieurs les élu-e-s,

Chères montreuilloises et montreuillois,

 

Au nom du groupe des élu.e.s France Insoumise, je ferai part d’une contribution et d’un désaccord politique au sujet du Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui nous est présenté simplement ce soir en Conseil municipal puisqu’il sera voté en Conseil de territoire à Est Ensemble mardi 19 décembre

Une contribution en faveur d’un urbanisme favorable à la santé afin d’agir plus efficacement sur les inégalités sociales et territoriales en santé.

La dernière page du Plan d’Aménagement de Développement Durable (PADD) est dédiée à la santé. C’est donc un élément fort et important qui doit se poursuivre dans la mise en œuvre du PLU au sens où la Santé est entendue comme un état global de « bien-être ».

La qualité du lieu de vie participe à notre bien-être et nous y sommes sensibles que ce soit « chez nous » dans notre logement ou notre maison ou que ce soit au travail et même dans le cadre de nos loisirs.

Qualité de l’air, lutte contre les nuisances sonores, amélioration de l’habitat, les déplacements à pied, en voiture, en transports ou à vélo, la géothermie comme défi écologique, etc, sont des déterminants de santé. Agir sur ces questions c’est prévenir l’apparition de maladies et/ou de réduire le développement de maladies chroniques (cancers, maladies cardio-vasculaires, respiratoires, obésité, etc).

Concrètement le PLU doit intégrer deux choses pour décloisonner nos politiques publiques et mieux faire pour la population :

– il faut prendre en compte la notion d’EXPOSOME. C’est un concept nouveau pour faire comprendre l’importance du lieu de vie et des conditions d’existence dans les parcours de santé. L’exemple du mal-logement illustre l’impact sur la détérioration de notre santé physique et également psychique.

– et il faut systématiser à tout projet d’urbanisme l’évaluation en santé, que ce soit sur des projets ambitieux comme la Porte de Montreuil ou sur des rénovations urbaines dans les quartiers populaires.

Les espaces verts et la nature en ville sont des politiques publiques tout aussi importantes à lier en faveur d’un urbanisme favorable à la santé.

Ainsi je fais le lien avec le manque d’ambition écologique du PLU et je veux parler précisément des Murs à Pêches. C’est ici notre désaccord politique.

Alors même que le PLU s’inscrit dans la défense de « pleine terre » et de végétalisation des toitures pour mieux lutter contre les îlots de chaleur, l’Orientation d’Aménagement et de Programmation des Murs à Pêches ne protège pas cet îlot même de fraicheur dans sa totalité.

Lutter localement contre le réchauffement du climat urbain nécessite de commencer déjà par la préservation des Murs à Pêches sur toutes les parcelles. Or le PLU change le zonage des Murs à Pêches et modifie la dernière classée « zone naturelle » en « zone agricole », rendant ainsi la zone constructible. C’est en effet la zone où se situe le site EIF qui doit être réhabilité. Au lieu de préserver ce patrimoine historique et écologique des Murs à Pêches, le choix de la municipalité est d’en « vendre » une partie à un promoteur immobilier, Bouygues Immobilier, qui en contrepartie de la réhabilitation du site EIF, y construira plus de 80 logements. Autrement dit c’est un projet de bétonisation dans les Murs à Pêches !

Monsieur le Maire, vous avez souhaité que la ville s’engage à la réhabilitation du site EIF en répondant à l’appel à projet du Grand Paris « inventons la métropole ». Ceci est à contre-sens de ce que notre majorité municipale prétend défendre dans le domaine de l’écologie et la préservation des espaces verts. Il ne suffit pas de colorier des cartes en vert, la biodiversité définie dans le Plan d’Aménagement de Développement Durable (PADD) disparait dans la traduction réglementaire du PLU qui nous est présenté.

Monsieur le Maire, vous pouvez encore agir, il n’est pas trop tard !

Comme la Maire de Gentilly l’a fait, vous pouvez décider de stopper l’appel à projet « inventons la métropole » pour 0 euros et défendre nos Murs à Pêches en travaillant à une classification complémentaire avec les habitant.e.s et les associations afin d’en porter la demande auprès du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.

En tant que seule élue France Insoumise à Est Ensemble, je m’abstiendrai mardi 19 décembre au Conseil de Territoire sur le vote du PLU de notre ville et je le regrette sincèrement.

Je vous remercie.

 

Riva Gherchanoc, Adjointe déléguée à la santé, à l’égalité femmes/hommes, à la lutte contre les violences faites aux femmes