Déclaration des élu.e.s de la France Insoumise de la majorité municipale de Montreuil

affiche60x80logophiFRanceinsouV3_Page_2Intervention de Franck Boissier en conseil municipal du 27 septembre 2017 :

Monsieur le maire, chers collègues, montreuilloises, montreuillois

Elu-e-s d’Ensemble ! et du Parti de gauche, au sein de la majorité municipale, nous participons depuis 2014 au groupe front-de-gauche et apparenté-e-s. Tout au long de ces trois années, nous y avons œuvré avec conviction.

Au terme d’une longue séquence électorale durant laquelle nous avons soutenu la France Insoumise, d’abord la Présidentielle avec Jean-Luc Mélenchon, puis Alexis Corbière et Corinne Benabdallah pour les législatives. Maintenant, en toute cohérence, nous quittons le groupe Front de Gauche et poursuivrons notre engagement sous la bannière des insoumis.e.s.

Nous regrettons que le Front de Gauche, sous sa forme de cartel, n’ait su surmonter ses hésitations et ses difficultés à se mettre en action en capitalisant, sur la dynamique de la présidentielle de 2012. Pour autant, nous saluons l’utilité qu’a eu cet outil politique dont la France Insoumise s’est inspirée pour construire son programme l’Avenir en Commun, qui a réuni 7 millions de suffrages et contribué à l’élections de 7 député.e.s sur les 12 que compte notre département.

Si le mouvement de la France Insoumise s’est imposé, malgré sa jeunesse, dans les urnes sur notre territoire, il apparait désormais pour beaucoup, à l’échelle du pays, comme l’une des principales forces d’opposition aux politiques brutales que le président Macron entend asséner à la grande majorité des habitant.e.s de ce pays. Dès cet été, à l’assemblée nationale, aux côtés des élu.e.s communistes, nos député.e.s, ont su faire vivre le débat bien au-delà des bancs du parlement.

Les mobilisations des 12 et 21 septembre, à l’initiative des organisations syndicales, CGT, solidaires et FSU, qui ont réunis des centaines de milliers de salarié.e.s. Puis la marche contre le « coup d’état social » qui a réunie plus de 150 milles personnes samedi dernier. Ont permis de contribuer au réveil brutal de l’opinion publique qui, il y a quelques mois voyait pourtant en Emmanuel Macron un outil du « dégagisme » du vieux monde politique. Aujourd’hui, à peine quatre mois plus tard, alors que la majorité gouvernementale pensait pouvoir imposer tranquillement les rêves du Medef, le président Macron est en phase d’Hollandisation accélérée. Toutes ses annonces et mesures sont à sens unique : Toujours plus pour une minorité de privilégiés et toujours moins pour le grand nombre. Ainsi, en rendant toujours plus précaires celles et ceux qui travaillent ou qui voudraient travailler, en stigmatisant ceux qui sont privés de travail, en s’attaquant, sans retenue, au logement social, en poursuivant la saignée des collectivités locales, en baissant les APL, en augmentant la CSG des retraités, en usant et abusant des pouvoirs exorbitants de la Vème République, les politiques d’austérités sauce Sarkozy et Hollande sont poussées au maximum, dans tous les aspects de la vie quotidienne.

Pendant que les partis du vieux monde politique se rendent inaudibles, que cela soit à cause de leurs proximités programmatiques avec la République en Marche ou parce qu’ils sont empêtrés dans leurs querelles internes ou bien occupés à choisir entre couscous ou choucroute. La France Insoumise, elle, au-delà de l’opposition radicale qu’elle incarne, a d’ores et déjà une proposition alternative humaniste et écologiste à l’austérité ou à la xénophobie, qui étaient les deux non-choix du second tour de la présidentielle.

Laurent Abrahams, Riva Gherchanoc, Capucine Larzillière et moi-même, souhaitons aujourd’hui, être le relais de cette aspiration sociale, écologique et démocratiques au sein de notre majorité municipale. Nous savons bien que nombre de militant.e.s du désormais ex Front de Gauche, mais plus largement nombre de militant.e.s engagé.e.s dans les partis qui ont porté notre majorité partagent beaucoup du programme de la France Insoumise. Nous respectons leur choix et leurs engagements dans les formes qu’ils et qu’elles entendent poursuivre ou créer. La France Insoumise ne nous appartient pas, et les élu.e.s que nous sommes n’en sommes pas les représentants. Si les campagnes récentes, ont pu permettre à de nombreuses personnes de se mettre ou de se remettre en mouvement, la France insoumise se veut résolument ouverte, tournée vers l’action, pour une 6ème république et un Avenir en commun, capable de convaincre celles et ceux qui, notamment dans les quartiers populaires, se sont abstenus en masse, signifiant ainsi leurs doutes, voir leurs exaspérations et leur résignation quant au système qui broient leur vie chaque fois un peu plus.

Nous savons qu’en tant qu’élu.e.s insoumis.e.s nous nous retrouverons demain, comme hier, avec de nombreux élu.e.s de cette municipalité, dans de nombreux combats communs pour défendre l’intérêt général des habitant.e.s de notre ville, en nous saisissant de toutes les opportunités aussi bien syndicales que politiques pour résister aux régressions qui sont actuellement en marche.

Monsieur le Maire, cher.e.s collègues, Montreuilloises Montreuillois soyez certain et certaine qu’à chacune de vos initiatives allant dans le sens d’un avenir en commun pour l’intérêt général humain vous nous trouverez à vos côtés.

Franck Boissier