EAU BIEN COMMUN : Est Ensemble recule et cède au chantage de la droite et de Santini

51097634_790316987981829_1385748623706292224_n

Intervention de Riva Gherchanoc au conseil de territoire du 22 janvier 2019

Monsieur Cosme,
Vous disiez que le temps est un outil précieux. Effectivement, vous ne le savez que trop bien ainsi que nombre d’élu·e·s ici présent·e·s.
Je souhaite rappeler que le 30 Novembre 2010, la communauté d’agglomération à Est Ensemble alors présidée par M. Kern ici présent ce soir, avait déjà malheureusement voté par 86 votes pour la délégation de service public et donc le SEDIF Veolia.
Sur 91 conseillers qu’elle comportait à l’époque, seuls 5* avaient déjà fait le choix du retour en régie publique de l’eau.

Lire la suite EAU BIEN COMMUN : Est Ensemble recule et cède au chantage de la droite et de Santini

Violences faites aux femmes : il faut répondre à l’urgence

Si, aujourd’hui, la parole des femmes est plus écoutée, sur le terrain les moyens diminuent. À Montreuil, la municipalité planche sur de nouvelles solutions pour répondre à l’urgence, comme l’explique l’élue Riva Gherchanoc.

Montreuillois Violences Faites aux Femmes

C’est sous la houlette de la Maison des femmes Thérèse-Clerc que Montreuil s’apprête à participer le 24 novembre à la grande manifestation #NousToutes dans le cadre de la journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes. Cette mobilisation, qui promet d’être d’ampleur, fait suite au mouvement #MeToo et #BalanceTonPorc qui a enflammé les réseaux sociaux l’année dernière. Cependant, « il faut cesser de penser qu’il s’agit d’un mouvement spontané, selon Riva Gherchanoc, adjointe déléguée à la lutte contre les violences faites aux femmes. #MeToo et #BalanceTonPorc, tout comme l’affaire Weinstein, sont le fruit du long travail des féministes qui pointe une violence structurelle. Ce mouvement n’est pas la libération de la parole mais de l’écoute». Pour accompagner cette écoute nécessaire, la mission Droit des femmes a organisé, le 20 novembre dernier, une matinée de sensibilisation à destination des professionnels de la prise en charge des violences. Intitulée «Repérer et orienter », elle s’adressait également aux agents municipaux en situation d’accueil.

ORIENTER LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES

Forte d’un maillage de sept structures sur le territoire vers lesquelles orienter les femmes victimes de violences, la municipalité s’est dotée d’un réseau local de lutte contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles, qui permet le soutien, la formation et le partage des pratiques entre professionnels. Une première étape a abouti à la parution d’un annuaire-guide sur les violences. « Aujourd’hui, nos professionnels tirent la sonnette d’alarme. Certes, la Seine-Saint-Denis est pilote sur la lutte contre les violences faites aux femmes, mais qu’en est-il des moyens financiers et humains qui s’amenuisent sur le terrain ? » L’élue tient à rappeler que la Maison des femmes Thérèse-Clerc gère 800 cas de violences par an et que, depuis 2014, Montreuil a vécu trois féminicides (Poupette, Aïcha et Mariama). « Il y a urgence. » Au-delà de la coordination, le réseau local veut donc devenir proactif en travaillant à des informations qui remontent du terrain. «Pourquoi les femmes ne pourraient-elles pas porter plainte à l’hôpital ou dans un centre de santé plutôt que d’être obligées d’aller au commissariat ? Ce sont des pistes que nous pouvons travailler avec le CHI pour éviter que les femmes rentrent chez elles après avoir franchi la porte de l’hôpital », conclut Riva Gherchanoc.

 

Article paru dans Le Montreuillois n°65 le 22/11/2018