Intervention de Laurent Abrahams au Conseil Municipal de Montreuil du 04/11/15

Monsieur le Maire, chers collègues, Mesdames, Messieurs,
Si les herbes non désirées ont encore un impact sur le sentiment de propreté, elles ne peuvent pourtant pas être considérées comme des salissures. Néanmoins, le traitement manuel ou mécanique de ces herbes notamment celles qui finissent par gêner le fil d’eau des caniveaux représente une part importante du temps de travail des agents de la propreté urbaine.

Aussi l’appropriation d’une partie des espaces publics par les riveraines et riverains en collectifs ou individuellement est certainement un élément qui contribue à améliorer l’état de propreté de nos rues. D’une part parce que ces zones semées seront entretenues par les semeurs et semeuses, d’autres part parce que plus il y a de monde qui se sent propriétaire des espaces communs moins ils seront salis. En effet il est quand même plus rare que quelqu’un se mette à jeter des papiers alimentaires dans un lieu qu’il ou elle considère comme chez lui ou chez elle.

Lire la suite Intervention de Laurent Abrahams au Conseil Municipal de Montreuil du 04/11/15

« Périmètre et siège de l’établissement public Est-Ensemble », pourquoi nous n’avons pas pris part au vote

Lors du conseil municipal du mercredi 30 septembre, nous n’avons pas souhaité participer au vote de la délibération relative à « l’avis du conseil municipal sur le projet de décret en Conseil d’Etat fixant le périmètre et le siège de l’établissement public Est-Ensemble ». Voici pourquoi : Nous partageons l’analyse de la loi Notre (Nouvelle organisation territoriale de la République) qu’a développée Jean Charles Nègre.


Cette loi, qui met en place la métropole du Grand Paris, les élus-e-s du Front de gauche s’y opposent. Non pas que la solidarité régionale ne soit pas un enjeu : enjeu de justice sociale et écologique entre des territoires aux niveaux de richesse très inégaux, enjeu de lutte contre le mal logement, contre le mal transport et bien d’autres. Mais, la mise en place de la métropole du Grand Paris, loin de répondre à ces enjeux, constitue un recul démocratique, une recentralisation des décisions qui les éloignent des citoyens, et une accentuation de la compétition des territoires. Ainsi, dans le domaine des transports, la priorité est donnée non pas à résorber les fractures géographiques dans les mobilités, mais à la connexion des aéroports internationaux et des technopôles.

Cette réorganisation territoriale aurait nécessité un grand débat démocratique. Au lieu de cela, tous les conseils municipaux au travers de délibération comme celle qui nous occupe, reçoivent de l’État une injonction à donner un avis consultatif sur un décret délimitant le périmètre et le siège des établissements publics territoriaux qui ne sont plus une association volontaire des communes mais deviennent une obligation légale imposée par l’État.

Cette délibération sous couvert de définir le périmètre et le siège de l’Établissement public territorial, constitue le premier acte de la mise en place de cette loi. C’est pourquoi, compte tenu à la fois de l’orientation libérale qui sous tend le projet de métropole mais aussi de la manière autoritaire dont l’État la met en place, avec plusieurs élu-e-s du groupe Front de gauche, membre d’Ensemble! et du Parti de Gauche, nous ne prendrons pas part au vote sur cette délibération.

Laurent Abrahams, Franck Boissier, Riva Gherchanoc, Capucine Larzillière.

Intervention de Laurent Abrahams au Conseil municipal du 30 septembre 2015 sur la métropole du Grand Paris

IMG_20140405_115457Monsieur le Maire, chers collègues, mesdames et messieurs,

Monsieur le préfet nous consulte sur le périmètre de l’établissement public territorial auquel notre ville est rattachée.

Si ce périmètre n’est en rien une surprise puisque la Communauté d’agglomération Est Ensemble était déjà notre collectivité territoriale par contre c’est un peu près la seule chose qui soit certaine dans la mise en place de la métropole du Grand Paris et la réforme  de l’organisation territoriale autrement dit les lois MAPAM et Notre.

Lire la suite Intervention de Laurent Abrahams au Conseil municipal du 30 septembre 2015 sur la métropole du Grand Paris

Intervention de Laurent Abrahams au Conseil municipal du 30 septembre 2015 sur la collecte des déchets

IMG_20140405_115457Monsieur le maire, chers collègue, Mesdames Messieurs,

Le règlement de collecte des déchets que l’on vous propose d’adopter outre l’intérêt primordial de prendre en compte les évolutions techniques, réglementaires et environnementales doit également servir d’appui aussi bien aux actions de communications et d’informations quant aux bons gestes en matière de tri et de réduction des déchets, qu’aux actions de verbalisation de ceux et celles qui continuent à salir nos espaces publics que cela soit par incivisme ou de manière crapuleuse.

Lire la suite Intervention de Laurent Abrahams au Conseil municipal du 30 septembre 2015 sur la collecte des déchets

Grand Paris : qu’ont donc à redouter les députés de davantage de proximité démocratique ?

Tribune des élu-e-s du groupe Front de Gauche et apparentés de Montreuil

FdG2Une poignée de députés socialistes d’Île-de-France, dont Mathieu Hanotin, Pascal Popelin, Elisabeth Pochon et Razzy Hammadi pour la Seine-Saint-Denis ont publié une tribune dans le journal du dimanche, pour défendre une vision centralisatrice et technocratique du Grand Paris.

Elle sonne comme un coup de semonce pour empêcher tout partage des compétences de la métropole du Grand Paris avec les territoires – pourtant demandé par les 226 élus locaux de la mission de préfiguration – avant  la discussion en deuxième lecture à l’assemblée du projet de loi pour une nouvelle organisation territoriale de la République.

Lire la suite Grand Paris : qu’ont donc à redouter les députés de davantage de proximité démocratique ?

Intervention de Laurent Abrahams au Conseil municipal du 20 novembre 2014

IMG_20140405_115457

Les habitants de notre territoire peuvent constater que, l’austérité produit ses effets dans tous les domaines de la vie. Cette journée de mobilisation du 19 novembre 2014 des enseignants de Seine-Saint-Denis en est une illustration supplémentaire.

Dans notre département, près de la moitié des écoles sont classées dans l’éducation prioritaire. Pourtant la moyenne d’élèves par classe y reste plus élevée que la moyenne nationale.

 

Lire la suite Intervention de Laurent Abrahams au Conseil municipal du 20 novembre 2014